T&T Productions

Spectacles

  • Image 1
  • Image 2
  • Image 3
  • Image 4
  • Image 5
  • Image 6
  • Image 7
  • Image 8
  • Image 9

Prochaines représentations :

    5 et 6 mai 2017 :

    Fira de Titelles de LLeida - Espagne

    février 2018 :

    Perth International Arts Festival - Australie

Production déléguée :
T&T Productions

Production :
Théâtre Vidy-Lausanne

Coproduction :
Théâtre Jeune Public de Strasbourg – CDN d’Alsace, Théâtre des marionnettes de Genève
Avec le soutien de l’Institut International de la Marionnette – Charleville-Mézières

Hand Stories

Yeung Faï (page Artiste)
Scénographie, marionnettes, conception, jeu

Yoann Pencolé
Conception, jeu

Colin Offord
Musique

Yilan Yeh
Conception vidéo

Christophe Kehrli
Création lumières

Adrien Gardel
Régie générale

Pauline Thimonnier
Regard extérieur

Thierry Tordjman
Conseiller artistique

Spectacle tout public à partir de 10 ans

Durée: environ 1h00
Dossier PDF

Résumé :

Les images intenses de Yilan Yeh (Taïwan), couplées aux musiques originales de Colin Offord (Australie) rejoignent les virtuoses marionnettes à gaine de Yeung Faï (Hong-Kong)dans cette épopée générationnelle. Hand Stories nous invite à une plongée au sein d’un univers familial hors du commun, au cœur d’un réalisme imaginaire.

Composé de saynètes sans paroles comme autant de poèmes visuels et sonores vivants, ces histoires de mains seront singulières et complexes, intimes et universelles.

Echos de la presse

On observe ses mains, aux longs doigts fins de pianiste. On ne peut s’empêcher de les regarder encore et encore, ces mains qui contiennent toute une vie que Yeung Faï raconte dans «Hand Stories», ce spectacle délicat et drôle qui enchante partout où il passe, plusieurs générations de spectateurs.
Fabienne Darge, Le Monde, 16 septembre 2011

Combats aux bâtons, séquence de séduction ou encore habillage, déshabillage aérien de soldats au kimono rouge et brodé, ces marionnettes évoluent de manière si précise et légère qu’elles semblent danser sur les mains de son propriétaire.
Marie-Pierre Genecand, Le Temps

La réussite complète du spectacle tient en une seule image : la scène où la marionnette paternelle, victime de la répression politique, se trouve fauchée par le «Petit Livre rouge » de Mao. Yeung Faï, héritier condamné à l’errance, nous souffle par l’évidence de son geste. Mathieu Braunstein, Télérama